7 avr. 2021

♥ Grossesse et blabla !

Hello ♥

J'espère que vous allez bien et que tout se passe bien de votre côté. Dernière ligne droite pour cette belle grossesse, el hamdulilah. Du coup, je me suis dit qu'il était temps que je partage avec vous quelques situations vécues, quelques paroles et idées reçues depuis le début de ma grossesse. Pourquoi? Parce que certains discours peuvent vous stresser, vous angoisser, vous faire miroiter...pour rien! Ce n'est pas vraiment un coup de gueule que je réalise aujourd'hui mais plutôt un partage de mes pensées. Pour accompagner mes réflexions, je souhaitais publier quelques jolis clichés d'un gâteau et d'autres gourmandises gentiment offerts par Cristal Délice qui a littéralement des doigts de fée. Un régal pour nos papilles, et pour nos yeux! N'hésitez pas à la suivre sur ses différents réseaux sociaux.

Commençons par le commencement… J'ai attendu de clôturer mon premier trimestre de grossesse avant de l'annoncer aux connaissances, amis, collègues,... et j'ai bien fait! Quand tu tombes enceinte, crois-moi, il vaut mieux réaliser une sélection de personnes à qui tu annonces ta grossesse: des personnes de confiance, qui ne te jugeront pas et qui ne te bourrent pas le crâne avec des idées, souvent négatives. J'avoue que mon premier trimestre était dur et long car j'étais nauséeuse, faible et je n'étais qu'au début donc à cheval sur tout ce que je mangeais ( Pas immunisée toxo! Bonjour les craintes !) : à ce moment-là, tu n'as donc pas besoin qu'on vienne te rajouter du stress. "Ah, mais attends, tu n'es qu'au début de la grossesse, tu n'as pas encore vécu l'accouchement, les montées de lait. Oh l'allaitement! J'en ai souffert, je te déconseille ça te bousille les seins" et puis tu as les réflexions sur ton physique : "ça va? enfin, ça roule? T'es sûre qu'il n'y en a qu'un? On le voit fort alors que moi à ton stade on ne voyait rien. T'inquiète, les kilos tu les perdras après ton accouchement. Vas-y tiens, tu peux manger pour deux.". Non, je n'ai pas faim pour deux en fait. Je veux juste qu'on me laisse manger normalement.  "Et tu comptes faire la péridurale? Oh et l'épisiotomie, je ne t'en parle pas! J'aimerais avoir un autre enfant si y'avait pas la grossesse et l'accouchement. Profite maintenant parce que quand le bébé sera là, ta vie va changer: tu ne fais plus ce que tu veux. Tu en veux trois ou quatre? Commence déjà par un et on en reparle. C'était voulu? La grossesse ce n'est pas une maladie hein! " Serait-il possible de me laisser avancer à mon rythme dans ma grossesse? D'ailleurs, quel bonheur d'entendre, à côté de ça, sa propre maman : "Une fois que tu as accouché, tu oublies tout. C'est la plus belle expérience."

On te stresse avec l'écho morpho, certes une grossesse n'est jamais sans danger. Certaines personnes transfèrent les craintes qu'elles ont eues lors de leur expérience: "J'avais peur qu'il soit handicapé, et quand tu as ça peut-être que c'est parce que ceci ou cela...". 

Mieux vaut ne pas avertir ton entourage de tes échographies, surtout la morpho. On te bassine pour savoir le sexe du bébé: on creuse. Mais pourquoi s'obstiner à connaître le sexe de bébé alors qu'il n'est pas encore là? Je n'ai jamais compris... "Ah mais tu as des nausées, c'est une fille! Ton bébé est fort en avant, c'est un garçon. " Et quand tu te décides à annoncer le sexe de ton bébé c'est : " Et le prénom? Et quoi, plutôt oriental ou européen? Et tu as pu choisir son prénom? Oussama? Mohamed?". Il aura le nom qu'on lui donnera et vous le saurez à la naissance, c'est tout.

Tu commences à acheter des vêtements de grossesse pour toi, certaines te diront que ça ne sert à rien. Mais, avez-vous remarqué que nous n'avons pas toutes la même morphologie? Après un mois de grossesse, j'étais tellement ballonnée que je ne pouvais plus porter de jeans au risque d'être dans une situation d'inconfort total. La poitrine on en parle? Elle n'évolue pas de la même façon chez toutes les femmes, tout comme le colostrum qui fait son apparition chez certaines en plein milieu de la grossesse et parfois très tard chez d'autres.

Viennent ensuite les achats pour bébé... "Je te conseille de ne pas trop acheter pour les trois premiers mois car mon bébé était toujours en pyjama". Qui te dit que j'ai forcément envie de laisser mon bébé en pyjama tout le temps? "Oh, mais tu achètes beaucoup. Fais attention aux tailles et aux saisons!" Ah...ben dommage, je manque tellement de réflexion que je comptais lui mettre un maillot de bain en plein hiver! N'oubliez pas qu'on ne nait pas maman, on le devient. Alors, il n'y a rien de plus constructif que l'essai-erreur. C'est aussi le moment de tester certaines expériences, de faire des erreurs et surtout de faire comme on le sent. Il n'y a pas de codes, pas d'obligations : il faut simplement s'écouter et suivre ses envies et ses besoins. C'est chouette aussi d'être épaulée mais il ne faut pas oublier que si vous passez par là maintenant, d'autres aussi. Personnellement, je lis pas mal de livres, regarde des émissions et puis je m'informe auprès du personnel médical donc il y a des choses que je connais et que je sais. Alors oui, les personnes qui te conseillent ne le font pas en partant d'une mauvaise intension mais certaines ont précédemment échoué dans leurs démarches et souhaitent donc rétablir leurs erreurs via votre situation actuelle en faisant mine d'être maman parfaite. Je ne sais pas si vous saisissez? 

Vient alors l'heure du test de glycémie...le fameux test pour lequel j'ai cru, un matin, partir à la guerre. J'ai cru que je risquais ma vie en allant faire ce test. "C'est horrible! Tu vas voir, impossible de boire, c'est dégoûtant! J'ai dû recommencer trois fois tellement j'ai été malade. C'était mauvais et imbuvable." Verdict? J'avais cinq minutes pour boire, après deux minutes c'était fini. C'est tout? On me cache quelque chose? C'est une caméra cachée? Et bien non...c'est tout! Ce qui a été le plus douloureux c'est d'attendre deux heures sur une chaise. Ok, un peu de reflux ( vive la gastrite ) et de la fatigue mais clairement, on m'a mis dans la tête que j'allais vivre la pire expérience de ma vie alors qu'il n'en est rien.


Sur les réseaux, il y a du positif mais aussi du négatif: je ne vais pas m'étaler. En général, je remarque beaucoup de bienveillance et je remercie les personnes qui me suivent pour leur comportement à mon égard. Ce qui me chiffonne parfois, c'est cette obstination à vouloir connaître le sexe du bébé au début, le prénom ensuite et puis même l'ouverture éventuelle du col. Pourquoi? C'est vrai que je suis exposée sur les réseaux mais que ce soit quelqu'un que je connais de près ou de loin, je n'oserais jamais lui poser des questions intimes. C'est comme lorsqu'on me demande à combien de SA j'en suis? Je trouve que ça ne se demande pas...c'est limite on te calcule ta date d'ovulation etc. Il faut comprendre que la femme a son jardin secret et que certaines questions ne se posent pas. Beaucoup tentent de prêcher le vrai du faux, notamment avec la phrase: " Je suis sûre que ton fils s'appellera....Je le sens.".

Si je peux vous donner un conseil, vivez votre grossesse à fond. Une grossesse n'est pas l'autre. La mienne n'est pas encore finie et je sais qu'elle me réserve bien des aventures. Ce sera pareil pour l'accouchement : peu importe ce que vous mettrez en place, un accouchement ne sera jamais le même qu'un autre. Ok, il y a des conseils que vous pouvez entendre mais sachez que ça n'y changera rien. Une grossesse est unique, imprévisible et incontrôlable.

Entourez-vous de personnes avec un minimum de psychologie, qui vous aideront à vivre cette grossesse en confiance et non en mode psychodrame. J'ai appris à vivre cette grossesse et à partager mes craintes avec quelques amies proches, de la famille et avant tout, le personnel médical parce que finalement, ce sont eux les pros. Les expériences des autres peuvent être un repère mais elles ne sont jamais uniques. Si telle amie a mal vécu sa grossesse, ça lui appartient. Si une autre amie a eu un accouchement facile, ça lui appartient, n'idéalisez pas le vôtre avant de l'avoir vécu. C'est dans les deux sens que ça doit aller. Quelqu'un qui vous dira toujours que tout va bien est parfois même dans le déni durant un certain temps.

Vous avez des nausées et vos amies n'en ont pas eues? Keep cool, c'est normal. Cela fait partie de votre vécu. Chaque être humain est différent alors pourquoi penser que chaque grossesse serait pareille?

Je vous ai partagé le résumé de réflexions que j'ai vécues durant deux trimestres et il y a encore des choses à dire (et il y en aura encore certainement dont je parlerai post accouchement!).

Il faut profiter de chaque moment de sa grossesse. Je profite de chaque instant à sentir ce petit être grandir en moi, de la gentillesse des autres. En effet, mes élèves veulent absolument porter mes affaires pour que je ne doive pas porter du lourd. Ah oui, on me cède aussi la place dans le métro...rarement mais ça arrive! Et ce sont d'ailleurs souvent les hommes qui se lèvent, vive la solidarité féminine ! Tu as les petits compliments qui te réchauffent le coeur : " ça te va trop bien d'être enceinte. T'as un joli bidou. Ton visage est rayonnant". Ce sont des paroles que je n'oublie pas et que je préfère aux réflexions déprimantes, j'avoue!

La grossesse c'est avant tout pour soi. On construit un petit être qui nous demande beaucoup d'énergie alors ne nous focalisons pas sur le négatif. Vivons ces moments à fond. Je kiffe plus que tout partager ces moments en famille, quand mon mari pose sa main sur mon ventre. J'aime partager ça avec ma famille, mes parents et ma grand-mère, que Dieu me les préserve. C'est une aventure tellement magique. 💖

Merci à toutes ces personnes qui embellissent mon quotidien, de près ou de loin, via leurs paroles ou leurs actes. On ne demande pas de nous vendre du rêve mais d'éviter de nous transmettre des peurs et des craintes que nous n'avions pas. Je répète : une grossesse est unique et chaque expérience vous appartient.

A très vite !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire